Etudes à l'étrangerParoles d'étudiantsToutes les news

Voilà 6 mois que les premiers étudiants ont investi le nouveau campus de l’INSEEC à San Francisco. Parmi eux, une trentaine d’étudiants de troisième année des programmes BBA INSEEC Lyon et Bordeaux, ont passé tout un semestre dans un esprit 100% Silicon Valley.  Visites d’entreprises de renom (Google, Tesla) et rencontres avec des entrepreneurs, conférences autour des nouvelles technologies, découverte des dernières innovations de pointe, tout a été mis en œuvre pour stimuler leur tempérament d’entrepreneur. C’est dans cette ambiance dynamisante qu’un groupe s’est formé autour d’une idée prometteuse qui est aujourd’hui en phase de concrétisation. De retour en France, Franck Berthon et ses collègues Clément Toutain, Pierre Vassivière et Issatou Diallo, font un premier bilan de leur projet Never Blind.

 

Vous êtes les créateurs de Never Blind, pouvez-vous en expliquer le concept ?

Nous sommes 4 étudiants du BBA INSEEC et nous avons décidé de créer notre startup. Ce que nous développons, ce sont des lunettes connectées (avec camera live & système audio intégré) reliées à notre future application, « Never Blind ». Cette application regroupera une communauté de volontaires pour aider les malvoyants dans leur quotidien. Un malvoyant aura donc seulement à appuyer sur le bouton « Assistance » de nos lunettes et il sera automatiquement mis en relation avec un de nos utilisateurs disponibles qui pourra l’aider à résoudre son problème. La sélection du volontaire se fait en fonction de la localisation, de la langue et des fuseaux horaires : par exemple si un malvoyant américain a un problème à 2h du matin, nous le mettrons plutôt en relation avec un « Helper » anglais qui sera sur un fuseau horaire diurne. Les usages auxquels nous avons pensé pour ces lunettes (appelées EyeLight) sont divers : par exemple, lorsqu’un malvoyant veut se repérer facilement, trouver un objet autour de lui, choisir la bonne couleur de vêtement, et faire ses courses au supermarché, ou encore choisir son plat au restaurant, il pourra se servir des EyeLights. Cependant, nous pensons que les usages ne s’arrêteront pas à ces utilisations et que les utilisateurs eux-mêmes en amèneront de nouvelles.

 

Quel a été le déclic qui a donné naissance à votre projet ?

Tout d’abord le contexte de la Silicon Valley et ses opportunités auraient quoiqu’il arrive favorisé la création de Never Blind. De plus,  l’un des nouveaux enseignements que nous avons eu à San Francisco sur la Lean Start Up Methodology nous a donné une approche simple et moderne de la création d’entreprise. Nous voulions donc essayer de mettre en pratique nos apprentissages et donc créer notre propre startup.

Pour être tout à fait honnête, l’idée initiale était de créer des systèmes d’appareils auditifs plus performants, autonomes, discrets, et modernes pour les malentendants. Souffrant moi-même de défauts de l’audition, j’ai pensé pouvoir régler mon propre problème en créant cette startup, mais il s’est avéré que la fabrication d’un tel appareil était beaucoup trop compliquée. Ce constat me mena à abandonner cette idée et je me suis dit : si je ne peux pas m’aider moi-même, il faut essayer d’aider les autres.

J’ai donc eu l’idée de Never Blind qui s’est trouvée être beaucoup plus facile à réaliser, tandis que l’impact engendré par les futurs produits serait lui, beaucoup plus fort. J’ai donc exposé mon idée au groupe, et j’ai demandé à 3 camarades de m’accompagner dans l’aventure.

 

 Comment évolue votre entreprise ? Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Notre entreprise est en constante évolution, nous pensons à l’avenir, nos sites et pages web sont en train de grossir significativement et nous nous faisons connaître. Nous sommes actuellement en train de travailler sur le développement de notre application et nous pensons notamment à construire des partenariats avec des associations de malvoyants. Nous réfléchissons aussi à notre futur business model, et bien d’autres choses encore ! Nous sommes aujourd’hui sur KickStarter pour une levée de fonds afin de récolter 95 000 € en 30 jours.

 

Avez-vous un conseil à donner aux étudiants en cours de formation et qui souhaitent créer leur propre entreprise ?

Nous leurs conseillerons d’avoir des expériences à l’étranger au maximum pour s’ouvrir à tout se qui se fait dans notre monde et de ne jamais écouter les avis négatifs et décourageants ; ils constituent surtout des freins à la réussite d’objectifs. Il faut aussi croire en soi ! La persévérance est une des clés du succès.

[cycloneslider id= »never-blind »]

Commentaires

commentaires