A La UneBreaking NewsParcours de diplômésToutes les newsFrench Tech

Jean, Promo 2012, à tenté l’aventure de l’entrepreneuriat. Après son cursus au BBA INSEEC Majeure Finance, il poursuit avec un Master 2 en Management du développement durable. Il souhaite se lancer dans un projet qui a du sens et valorise l’Humain. Après 6 mois chez Factoryz, il lance sa propre agence à Annecy. En plein développement, elle est aujourd’hui en compétition aux Pépites French Tech et se classe 10me ce mois-ci. Rencontre.

Vous êtes le gérant et actionnaire de votre agence Factoryz, pouvez-vous en expliquer le concept ?

Factoryz est un service de mutualisation de ressources matérielles et humaines inter-entreprises. Parce que toutes les entreprises connaissent des hausses et des baisses d’activité, nous apportons une solution de flexibilité en connectant les entreprises en sous charge d’activité et celles en surcharge. Pour cela, nous avons développé une plateforme collaborative sur laquelle nos membres déposent des annonces exprimant des besoins en ressources ou à l’inverse : indiquent des ressources disponibles.

L’entreprise « prêteuse » sera rémunérée pour son partage donc réduit ses charges et améliore sa trésorerie.
L’entreprise « utilisatrice » accède à des ressources temporaires à bas coût donc, réduit elle aussi sa facture.
Le salarié s’enrichit d’une nouvelle expérience et est absolument sécurisé puisqu’il est assuré de retrouver son poste dans son entreprise (prêteuse), à l’issue de la mission.

Quel a été le déclic qui a donné naissance à votre projet ?

Après une spécialisation en Finance en fin de cursus au BBA INSEEC-ECE, c’est au cours de mon stage de fin d’étude que j’ai senti la nécessité de faire les choses avec plus de sens, m’investir dans quelque chose auquel je crois. Je me suis tourné vers un troisième cycle en management du développement durable et là j’ai découvert un énorme potentiel d’innovation pour les entreprises. Dès lors, je n’avais plus qu’une idée en tête : rejoindre un « Change maker » : une structure qui concilie rentabilité, respect de l’environnement et bien-être social. Vous imaginez donc mon enthousiasme lorsque l’on m’a proposé d’intégrer l’agence lyonnaise comme business developer ! Après 6 mois passés en tant que salarié, je suis tellement convaincu par la pertinence de notre offre, que je me décide à créer ma propre agence Factoryz sur Annecy.

 

Comment évolue votre entreprise ?

Le concept de Factoryz est né en 2015, et aujourd’hui c’est une plateforme collaborative couplée à un réseau d’agences physiques localisées sur les bassins d’emploi. Les prochains mois vont être chargés puisque je vais consacrer la majeure partie de mon temps à faire connaitre mon offre, constituer mon réseau de prescripteurs et mon portefeuille client, valider mon lieu d’implantation autour d’Annecy. En attendant, je développe l’activité à distance depuis mon bureau à Lyon, que je viens juste d’aménager. Une fois identifié sur le territoire par les institutionnels et les entreprises, il convient de réaliser des audits des ressources dans les entreprises, accompagner les entreprises à la mise en ligne de leurs annonces, faciliter les partages et fournir le nécessaire pour les mettre en place.

 

Vous participez aux Pépites French Tech. Qu’attendez-vous de cet événement ?

Tout le monde connait la Frenchtech, la participation à ce prestigieux concours, c’est la reconnaissance du caractère innovant de notre offre. 3e de la semaine et 10e ce mois-ci, nous nous battons pour ce concours car il s’agit d’une communauté de plus de 100 000 membres composée de journalistes, d’investisseurs, ou bien de futurs partenaires.
Les startup qui auront recueilli le plus de votes seront mises en avant sur la newsletter de la French Tech. Un article est également prévu sur le blog French Tech, ces actions ayant pour but de mettre un important coup de projecteur et permettre à une startup de se lancer sur la grande scène (Internationalisation, levée de fonds, nouveaux clients importants,etc). Chaque vote, chaque partage est un coup de pouce pour nous.

 

Pourquoi avez choisi le BBA INSEEC ? Est-ce que cette formation vous a donné le goût de l’entrepreneuriat ?

J’ai choisi le BBA INSEEC avant tout parce que je souhaitais évoluer dans un environnement international, j’ai ainsi eu la possibilité via mon cursus de beaucoup voyager (Hong Kong, Chine, Pologne, New York). Quant au goût de l’entrepreneuriat, je crois qu’il m’a été transmis dans la sphère familiale depuis très jeune, et c’est ensuite l’envie de « faire différemment, de bousculer les codes» qui m’a conforté sur cette voix. J’ai eu la chance de rencontrer des intervenants de haut niveau, étudier des entrepreneurs inspirants qui ont renforcé encore ma volonté de me lancer.

 

Un conseil aux étudiants qui souhaitent entreprendre ?

Préparez-vous aux montagnes russes ! Trouvez ce que vous aimez et foncez !

J’en profite pour lancer un appel au réseau ! Lorsque je serai en position d’embaucher ou d’accueillir certains d’entre vous en stage, vous serez les premiers avertis, je vous renverrai l’ascenseur ! En attendant ce moment, soutenez un projet « utile » en faveur de l’emploi en France, aidez-moi à « faire bouger les lignes » et développer l’économie collaborative dans l’industrie. Comment ? Parlez-en autour de vous, votez. Mes interlocuteurs étant essentiellement des dirigeants, DRH ou responsables de production mais pas uniquement.

Commentaires

commentaires