A La UneParoles d'étudiantsToutes les newsagathe de rougé cultures.life

Agathe de Rougé est étudiante sur le campus de Lyon, et entrepreneuse. Elle bénéficie de l’accompagnement de l’Incubateur INSEEC dans la réalisation de son projet de création d’entreprise : Cultures.Life.

Tout part d’une idée

« Cultures.Life c’est un nouveau concept de restaurants en France, qui propose de faire découvrir des régions du monde sous la forme d’immersion culturelle et culinaire, tout en participant à des projets humains, sociaux et environnementaux du monde entier.

Nous proposons un véritable voyage vers des régions parfois très reculées. Cultures.Life c’est l’histoire de rencontres avec des populations d’une richesse culturelle incroyable, et l’apport d’une aide précieuse aux pays qui en ont besoin afin de sauvegarder leur patrimoine, leurs terres, de favoriser l’accès à l’éducation et à la santé… Le restaurant est le lieu où vivre ce voyage.

Le concept ? Tous les 6 mois, une culture est mise à l’honneur. De l’assiette à la tenue du serveur jusqu’aux évènements organisés, tout est fait pour permettre de découvrir la culture au plus proche de ses traditions. Le lieu s’organise en trois espaces communicants et modulables : le restaurant, le bar et l’épicerie-cave-librairie. Tous ces espaces ont en commun ce qui fait le cœur du concept Cultures.Life : l’Égo- participation. Chaque client est automatiquement acteur d’un projet qui sera réalisé dans la région d’origine de son plat. Une sorte de redevance au partage de la richesse culturelle des populations rencontrées. »

… et d’un déclic

« J’ai toujours eu une passion démesurée pour la cuisine, l’envie de voyager et de découvrir les cuisines du monde, et puis la volonté d’être utile. Je voulais me lancer dans un projet qui ait du sens pour moi et pour les autres. Je me suis rapidement rendu compte que ces trois envies étaient partagées par beaucoup d’autres personnes. J’ai donc réfléchi à un projet qui permettrait de répondre à ces besoins, en un seul lieu. »

L’entreprise avance et les projets éclosent

« L’entreprise évolue à un bon rythme. Encore peut-être trop lentement à mon goût mais aujourd’hui l’entité est créée, les partenariats en cours et l’équipe en train de se former. Une possible ouverture à Lyon fait partie des projets pour les prochains mois, ainsi qu’une collaboration avec un Chef cuisinier. Il reste encore une montagne de travail à réaliser, mais c’est aussi une histoire de rencontres et d’opportunités alors il faut être patient. »

Rien n’aurait été possible sans l’aide de l’Incubateur

« Jusqu’à présent l’incubateur m’a permis de structurer mon projet, de savoir en parler, et de faire les bons choix. L’incubateur nous donne aussi accès à des experts dès que c’est nécessaire ainsi qu’à un lieu où parler, rencontrer, échanger, et apprendre de l’évolution des autres. Le fait de pouvoir demander conseil et d’être accompagné donne un certain sentiment de sécurité. C’est une transition douce entre la sortie des études et l’entrée dans la vie professionnelle. »

Comment intègre-t-on l’incubateur ?

« Tout d’abord il faut avoir une idée. Il n’est pas vraiment nécessaire de savoir tout de suite le résultat précis que l’on veut atteindre. En revanche, je pense qu’il faut savoir « pourquoi cette idée » et « vers quoi » on souhaiterait aller. Avec une bonne dose de détermination et de motivation, vous pourrez entrer en pré-incubation : période de coaching en fonction des besoins de chacun afin d’être préparé au mieux à présenter son projet devant la commission d’engagement. C’est elle qui décidera si vous êtes prêt pour l’incubation.

Le jour de mon passage à la commission m’a beaucoup marqué. L’oral était pour moi une épreuve vraiment difficile à surmonter et une fois la répétition passée, les retours des coaches m’ont permis de me rendre compte de l’évolution qui j’avais fait depuis mon entrée en pré-incubation, soit un an auparavant. Je ne suis pas du genre à me féliciter alors cette fois-ci j’étais vraiment fière de mon travail et contente de ne pas avoir déçu ceux qui m’ont aidé ou soutenu. »

Le BBA INSEEC et la création d’entreprise

« J’ai intégré le BBA INSEEC directement en deuxième année, après avoir fait un an à l’ESCE Paris (pas encore une école du groupe à ce moment-là) et une année de césure. Le BBA INSEEC était alors pour moi un nouveau départ, une façon de remettre le pied dans une école mais cette fois-ci, avec un projet de création d’entreprise. Le cursus me plaisait, la spécialisation en « Innovation et Intrapreneuriat » spécialement, et puis le nouveau Campus, le niveau académique, la ville de Lyon. Beaucoup de motifs qui m’ont fait choisir le BBA. »

Commentaires

commentaires