A La UneBreaking NewsParcours de diplômésBordeaux Open Air

Rencontre avec Camille Cabiro, co-fondatrice du Bordeaux Open Air, diplômée du BBA INSEEC en 2014.

La naissance du projet Bordeaux Open Air

C’est en tant que conseillère en communication dans le milieu du vin que Camille a débuté son parcours. En Février 2015, sa carrière prend une toute autre direction après avoir rédigé un article pour le magazine TRAX, relatif à Bordeaux et ses différentes activités. L’objet de cet article évoquait un événement qui avait lieu à l’Iboat et qui était organisé par Florian Bourdot. C’est comme ça que la rencontre s’est produite entre les deux fondateurs. Leur passion commune pour la musique électronique a fait naître le projet Bordeaux Open Air lors d’une discussion au Jardin Public. Ils ont puisé leur inspiration des Goûtez Électroniques à Nantes, festival de musique électronique qui a lieu le dimanche après-midi au Jardin des Berges de la ville.

Bordeaux Open Air
Crédit Alexane Schmidt
Bordeaux Open Air

En Mai 2015, naît l’Association (loi 1901) Bordeaux Open Air, qui après beaucoup de travail, d’organisation et de passion, le projet a été présenté à la Mairie de Bordeaux. Le premier festival a eu lieu l’été 2016 au Jardin Public : de fin août à début septembre durant quatre dimanches consécutifs, des étudiants, des amateurs de musique électronique et des familles s’y sont retrouvés. Ces évènements sont desservis par les transports en commun et des activités pour enfants y sont proposées.

Le festival a pour objectif de défendre une programmation alliant découverte et consensus : tout artiste ne peut être programmé qu’une seule fois. Nos chineurs se tournent vers des artistes Bordelais, issue de ville jumelées, ou d’autres horizons, mais expliquent qu’ils portent une attention particulière aux racines des artistes conviés.

Une deuxième Inseecoise a pris part à l’aventure

Alexane Schmidt a eu l’opportunité de participer au projet du Bordeaux Open Air, elle témoigne :

« J’ai eu l’occasion de travailler en production au sein du projet dans le cadre de mon stage de 3ème année. La production a cette particularité d’allier beaucoup d’aspects de l’organisation évènementielle, en amont : repérage du site, aménagement de l’espace. Sur place : briefing, placement des prestataires, suivi pendant la durée du festival, montage, démontage, technique et enfin : aménagement d’espaces innovants.

Bordeaux Open Air

J’ai vite compris qu’il était indispensable d’être organisé : tenir un carnet de bord, faire des listes, créer des tableaux de suivis, des carnets de contacts, vérifier ses mails régulièrement. Un oubli arrive rapidement et peut s’avérer très pénalisant pour le bon déroulé de l’évènement.

Après chaque évènement, nous mettions en place un débriefing en interne. J’ai apprécié ces moments car c’était l’occasion d’échanger avec l’équipe sur nos réussites et nos échecs, pour trouver des solutions et revoir l’organisation de certaines parties.

Globalement, cette expérience professionnelle a été très formatrice. J’ai aimé être en immersion totale dans cette équipe car j’ai pu me rendre compte qu’il était possible de croire en son projet, si jeune, dès la fin de ses études ou même en parallèle. Enfin, j’admire énormément le professionnalisme de cette équipe et du festival qui a énormément grandi, gagné en maturité, en reconnaissance et en popularité. Tout cela en seulement 3 ans. »

Une dimension internationale

Si le festival a été créé pour les Bordelais, ces rendez-vous dominicaux sont devenus populaires : des artistes de renommée nationale et internationale y sont désormais invités. Les rendez-vous se sont également diversifiés : plus de lieux et plus de dates sont proposés. Si en 2017, Bordeaux Open Air accueillait 5 000 participants au Parc Palmer à Cenon dès le premier évènement de la saison, on comptabilise pas moins de 75 000 participants sur la saison 2018. C’est donc une très belle réussite pour cette jeune diplômée !

Suivez l’actualité d’autres évènements organisés par nos étudiants dans le cadre de leur vie associative.

Commentaires

commentaires