A La UneBreaking NewsParoles d'étudiantsToutes les news

*Bienvenue aux étudiants des DOM TOM !

Partir loin de chez soi pour ses études n’est pas souvent chose facile. Encore moins lorsque l’on vient des DOM TOM : on doit quitter sa famille, s’adapter à un climat différent, s’intégrer dans une nouvelle ville, se faire de nouveaux amis.  Samuel Léger, responsable des admissions DOM TOM, et plusieurs étudiants venus de ces régions ont accepté de nous en dire plus sur les craintes et les difficultés à surmonter lors de l’arrivée en métropole.

Quitter les DOM TOM pour une école en métropole

Lisa Lepers, étudiante en première année, a quitté la Guadeloupe, pour rejoindre le programme du BBA INSEEC : « Après un BAC ES au lycée Charles Coeffin, j’ai choisi de partir de mon île parce qu’il n’y avait ni école de commerce ni IUT. J’ai donc postulé au BBA INSEEC pour sa situation au cœur de la ville. »
Pas d’admission sur concours pour les étudiants DOM TOM : les candidatures se font uniquement sur dossier et entretien de motivation. Une procédure simple et rapide ! « Après avoir envoyé ma candidature, j’ai très vite été contacté et une semaine après avoir passé l’entretien j’ai appris que j’y étais accepté » témoigne Charles Porcheron, également originaire de Guadeloupe et qui a intégré le BBA INSEEC cette année.
Pour accompagner ces étudiants, il existe différents dispositifs d’aides au financement des études et à l’installation en métropole mis en place par l’INSEEC (bourse de 750€/ an) mais aussi par les conseils régionaux et l’Etat.

Bordeaux et Lyon, des destinations très prisées

Les étudiants DOM TOM souhaitant intégrer le BBA INSEEC ont le choix du campus.Bordeaux DOM TOM
Entre mer et montagne, Bordeaux est une ville idéalement située et très animée grâce à une multitude de restaurants, de nombreux magasins originaux et des petites places où prendre un bon café au soleil. Avec plus de 70 000 étudiants, la ville a su s’adapter aux modes de vie de ces jeunes bordelais. « La métropole, ça nous change de notre train de vie quotidien. Bordeaux est une ville agréable et conviviale tout à fait adaptée à la vie étudiante. Les déplacements y sont faciles grâce aux tramways et bus. C’est une ville active et jeune et un endroit idéal pour faire la fête », témoigne Kumanesh Ramassamy, élève de première année originaire de l’île de La Réunion.

Lyon-in-the-air_visuel_fond
Lyon quant à elle, a été élue meilleure ville attractive 2015 devant Paris et Toulouse. Aux portes du Beaujolais, des Alpes et de la Provence, la ville offre de nombreux événements à dimension internationale comme la célèbre fête des Lumières. Non loin des pistes de ski ou du littoral méditerranéen, le nouveau campus s’est installé dans l’ancien immeuble industriel mythique de Citroën et réunit l’ensemble des écoles lyonnaises du Groupe.
Bien que ces villes soient accueillantes, le climat peut également représenter une difficulté pour ces étudiants venus de régions ensoleillées : « L’inconvénient, que j’ai déjà commencé à ressentir, c’est L’HIVER. « prepare zot doudoune, car mi connais pas si l’hiver sa totoche à nous ou pas ! » (*préparez votre doudoune car je ne sais pas comment sera l’hiver cette année !) » ajoute Kumanesh.

« Blues des îles », ou pas

« Nous encourageons nos élèves à faciliter l’accueil des étudiants des DOM TOM » souligne Samuel Leger. « Les élèves viennent des 4 coins de la France et ne se connaissent pas forcément, nous faisons en sorte que tout le monde trouve sa place.»
Charles ne s’est pas senti perdu en arrivant en métropole : « J’apprécie le fait qu’il y ait beaucoup d’amis de mon île dont certains dans cette école, ce qui me permet de ne pas avoir de sentiment d’isolation ou ce que l’on appelle le « blues des îles ». L’accueil y est chaleureux pour les élèves venant d’ailleurs, on nous a même organisé un pot de bienvenue ! Ce qui est rassurant c’est qu’on trouve toujours à l’école, quelqu’un à l’écoute de nos problèmes. »
Anne-Marie Bourquin, du service pédagogie, aide les jeunes étudiants des DOM TOM à faire face aux difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Le fait d’être éloigné de sa famille et de voir ses habitudes bouleversées peut parfois entraîner un décrochage scolaire. « Nous sommes particulièrement vigilants à l’égard de ces étudiants, et veillons à les accompagner du mieux possible ».

« Il faut surtout retenir que les étudiants des DOM TOM ne sont pas des étudiants à part mais font bien partie de l’ADN même de nos promotions. Les différences d’origines géographiques ou de cultures ne sont pas un handicap mais au contraire une véritable richesse » marque Samuel Leger.

Si vous souhaitez vous aussi nous rejoindre, vous pouvez d’ores et déjà présenter votre candidature via ce lien.

Commentaires

commentaires