A La UneBreaking NewsParcours de diplômésRéseau international

Audrey Convers, diplômée BBA INSEEC Promotion 2011, nous fait part de son expérience enrichissante en VIE (Volontariat International en Entreprise) au cœur de Saint-Gobain, en Autriche: un tremplin pour sa carrière.

Quel a été ton parcours après le BBA INSEEC ?

Après 4 ans passés au BBA INSEEC, puis un M2 en contrôle de gestion à l’IAE de Lyon, j’ai décroché un VIE au sein de Saint-Gobain en Autriche. Pendant mes études, j’ai eu la chance de partir à l’étranger pour diverses raisons : un stage en Espagne, une « Business Week » aux Pays-Bas et un semestre académique en Australie. A la fin de mes études, j’ai eu très envie de repartir et le VIE était, selon moi, le meilleur moyen d’y parvenir.

Comment as-tu trouvé le poste ?

L’annonce a été postée via un réseau social et une personne de mon entourage m’a transféré l’offre. J’ai ensuite postulé, eu 2 entretiens le même jour et reçu la réponse 4 jours plus tard.

Quelle était ta mission ?

J’ai été embauchée en tant que contrôleur industriel central. Ma mission principale consistait à consolider tous types de KPIs et ratios industriels de nos usines (une quarantaine dans le monde), maintenir et faire évoluer les outils de Reporting et Benchmarking.

Étais-tu rémunérée dans le cadre de la VIE ?

Oui, l’indemnité est déterminée en fonction du pays. Elle est donc identique pour tous les VIE d’un même pays, peu importe le niveau d’études ou la mission.

Que retiens-tu de ces 2 années à l’international, tant au niveau personnel que professionnel ?

Cette expérience m’a confortée dans mon choix de carrière et sur mon envie de continuer à travailler à l’international. Ce n’est jamais facile d’arriver dans une ville et un pays où l’on ne connait personne, d’autant plus lorsque l’on ne parle pas du tout la langue. Mais j’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables qui ont facilité mon intégration. Qui plus est, ayant déjà vécu à l’étranger et appréhendé des « arrivées en terre inconnue », je suis partie assez confiante et détendue. C’est d’ailleurs pour cela que je recommande vivement de réaliser un maximum de stages, études et autres expériences à l’étranger.

L’Autriche ne faisait pas partie de mes objectifs de recherches mais j’y ai vu l’opportunité d’intégrer un grand groupe international, de découvrir une ville et un pays que je ne connaissais pas, d’acquérir de nouvelles connaissances dans mon métier et d’apprendre une nouvelle langue. Aujourd’hui, j’arrive au terme de mon VIE et lorsque je fais le bilan de ces 2 ans en Autriche, il est plus que positif tant sur le plan professionnel que personnel.

Aujourd’hui, quels sont tes projets de carrière ?

J’aimerais poursuivre ma collaboration avec Saint-Gobain si une opportunité se présente après mon VIE, toujours sur un poste de contrôleur de gestion.

Commentaires

commentaires